Classe éco pour les femmes, classe affaires pour les hommes

L’égalité des sexes dans le sport est une grande bataille. A l’approche des JO, le débat revient sur le devant de la scène par la voie des airs.

Comme l’a révélé une dépêche AFP, largement reprise dans la presse, l’équipe féminine d’Australie de basket a rejoint Londres cette semaine en classe économique pendant que les hommes voyageaient en classe affaire. Shocking. « Je suis d’avis que les voyages entrepris par les équipes devraient se faire de manière équitable pour nos athlètes masculins et féminins », a déclaré la ministre australienne des Sports, Kate Lundy, au quotidien Sydney Morning Herald paru vendredi.

La déléguée gouvernementale à l’Egalité des genres, Elizabeth Broderick, a décrit cette différence de traitement comme « un exemple hautement visible d’inégalité des genres parmi nos meilleurs athlètes ». Et ce d’autant plus que la classe éco pour un trajet aussi long n’est vraiment pas l’idéal pour des basketteuses : la star australienne, Lauren Jackson, en photo ci-dessus, mesure tout de même 1m96 ! Sans oublier que l’équipe féminine, surnommée « Les Opals », a gagné une médaille d’argent lors des trois derniers Jeux olympiques, tandis que l’équipe masculine, appelés les Boomers, n’a jamais été médaillée.

Mi-juillet, le Japon était pointé du doigt pour les mêmes faits. L’équipe féminine de football a voyagé en classe économique quand l’équipe masculine, elle, a rejoint Londres en classe affaires. Pourtant, ce sont bien les filles, qui, là aussi, ont le plus de chances de ramener une médaille au pays. Battues cette semaine par la France 2-0, rappelons qu’elles sont tout de même championnes du monde en titre. On ne peut pas en dire autant des hommes… Ils n’ont en effet jamais dépassé les huitièmes de finale lors d’un Mondial ! « Lorsque nous avons gagné la Coupe du monde, nous avons eu des billets pour la classe affaires pour notre vol de retour », a expliqué Homare Sawa, nommée joueuse de l’année en 2011 par la Fifa. L’effet de leur titre fut visiblement de courte durée.

La bonne nouvelle, c’est que désormais les médias parlent de ces inégalités et que les politiques les dénoncent. Car cela fait un bout de temps que les choses sont ainsi, dans l’indifférence quasi générale… Or, les moyens de transport, l’hébergement, et plus largement les conditions d’entraînement, ne sont pas des paramètres anodins pour les performances de sportifs, quel que soit leur sexe.

About the Author sportissima

Leave a Comment: